Une cause de mauvaise présentation: utiliser le fichier Powerpoint comme un prompteur

Alors que je parlais récemment avec un ami de mon livre, celui-ci a défendu avec ardeur et sincérité sa pratique habituelle en matière de présentations (Powerpoint): il met sur ses dias tout le contenu destiné à son public dans suffisamment de détails pour être sûr de ne rien oublier lors de la présentation elle-même. Et il faut bien constater que ce point de vue est adopté par un grand nombre de professionnels qui doivent prendre la parole en public. On ne peut, bien sûr pas nier l’intention louable qui se cache derrière ce comportement: l’orateur veut se prémunir d’un trou de mémoire qui l’amènerait à oublier une information importante.
Il ne s’agit pas de fustiger l’attitude. Il est normal et sain que l’orateur se donne les moyens de délivrer correctement et complètement l’ensemble de son message. Par contre, le moyen utilisé n’est pas adéquat. En utilisant son fichier Powerpoint comme un prompteur, c’est-à-dire en projetant ce qu’il doit dire et ce qu’il ne doit pas oublier, il s’expose volontairement à une série de difficultés, parmi lesquelles j’en retiens ici trois:

  • les dias contiennent beaucoup de texte, et plus il y a du texte, plus il est écrit petit
  • les dias avec du texte focalisent l’attention de l’auditoire qui n’écoute plus l’orateur que d’une oreille distraite
  • le public est frustré lorsqu’il a lu une information sur une dia, mais que l’orateur ne la développe pas

Une solution est de penser les dias pour le public, pas pour l’orateur, et de préparer pour l’orateur une série de fiches reprenant les informations à ne pas oublier.

Publié dans L'Art de la présentation, Livres Tagués avec :